5.Le début du combat

Hello hello la famille.

Avant tout, je tiens particulièrement a vous remercier pour vos vues et messages de soutien. 

Je suis agréablement surprise car je suis lue dans les 4 coins du monde et  vraiment c’est une belle surprise.

Alors un grand merci du fond du cœur, et j’espère pouvoir aider ceux qui en ont besoin, donc n’hésitez pas a me contacter ici Contact . MuchLove

Alors pourquoi  » Le début du combat « ?

Le lendemain matin du résultat positif de mon test de grossesse, je me suis rendue au laboratoire pour effectuer une prise de sang.

A ma grande surprise il s’est avéré que jetais belle et bien enceinte et ce depuis 3 mois.

Toujours sur le choc de la nouvelle,j’ai pris mon courage a deux mains et je l’ai annoncé a ma famille.

Il est vrai qu’au départ ma mère m’en a voulu, ce que je peux tout a fait comprendre car J.Doe était venu lui annoncer quelques mois auparavant notre séparation soit disant pour « se chercher dans la vie » d’après ces dires.

Alors Mesdames 

Arrêtons de nous  laisser embobiner par les blablatages des beaux parleurs.

Je sais que quand on est amoureux on est aveugle c’est pour cela qu’il faut apprendre a se préserver.

Depuis notre jeune age, nous avons des exemples de divorce .. de femme battue et consort ..

Alors je sais qu’il est plus facile de dire que de faire, mais nous devons apprendre des plus grands et nous servir en tant qu’exemple.

Je l’avoue, j’ai baissé ma garde en tombant amoureuse et je suis devenue vulnérable.

J’ai cru a toutes ces belles paroles et promesses.

Mais a mes 4 mois de grossesse J.Doe a décidé d’aller s’installer a l’autre bout du monde.

Apparemment  c’était un projet qu’il avait depuis très longtemps dans la tète.

J’ai essayer tant bien que mal de le convaincre de rester non pas pour moi mais au moins pour l’enfant, sa famille en a fait de même.

Mais comme je le disais tantôt, nul ne peut changer le cœur de l’homme sauf Dieu.

Je remercie toutes les personnes qui on été présente pour moi sans relâche et a toutes heures, tous autant que vous êtes.

Çà a été très difficile mais je suis arrivée a terme.

Mon accouchement n’a pas du tout été facile, j’ai eu une césarienne au bout de 48h de travail.

Mon plus beau souvenir est quand j’ai vu ma fille pour la première fois dans les bras de ma mère, car anesthésie générale oblige je n’ai pu la voir de suite.

Bon je vous passe de nouveau les détails, mais pour moi il était hors de question de vivre chez ma mère avec un enfant alors que j’avais déjà quitté le domicile familiale depuis deux ans. 

Alors on m’a conseillé de suivre le système sociale.

Mais vu que j’avais travaillé, je ne rentrais pas dans les critères pour être prioritaire, et l’attente d’un appartement sur paris était super super longue.

J’ai finalement été acceptée dans une sorte de résidence pour les mères isolées et j’y ai posé valise au 2 mois de ma fille.

La famille battons nous contre la dépendance.

Il est vrai que pour certains, ils n’ont d’autre choix que le systeme sociale. 

Mais de grâce, si vous pouvez l’éviter alors battez vous pour ne jamais y entrer.

Il y avait des femmes de tous ages de 15 a 35 ans, toutes origines confondues.

Nous avions un couvre  feu a 21 h et des heures de visites précises qui se limitais a deux personnes, et il fallait demander la permission d’aller en vacance et fournir nos relevés bancaires.

Vous vous imaginez moi, 22 ans ayant été indépendante depuis l’age de 17 ans devant fournir tout cela et en plus  voir un psychologue une fois par semaine.

Ces règles ne me correspondaient pas du tout, mon  but était de sortir de la le plus vite possible pour ne pas que ma fille grandissent dans une case.

Il est vrai que j’aurai pu me tourner vers mes parents, mais j’avais tellement honte de leur avouer que j’assumais ma fille seule et que c’était difficile. Trop de fierté sans doute, mais je restais en prière et prenais mon mal en patience. 

Je me souviens particulièrement d’une femme d’origine camerounaise qui était en larme a l’entrée de la résidence.

Je lui ai donc demandé pourquoi pleurait t’elle, et elle m’a expliqué qu’ils voulaient envoyer son fils en orphelinat car d’après eux elle ne s’en occupait pas assez bien. 

Cette dame avait 33 ans et m’a dit que si jamais ils lui prennent son fils, alors elle irait mettre fin a ses jours dans le bureau de la directrice de la résidence.

J’ai tenté de la rassurer du mieux que je le pouvais et tout en séchant ses larmes, elle m’a dit : Ma chérie, si tu n’a pas encore signé le contrat prend tes affaires et vas t’en.

Je pense que c’est le meilleur conseil que j’ai reçu a ce moment la, j’étais allée a l’encontre de ma mère dans cette établissement pour ne pas être un poids de plus pour elle.

Mais au bout du compte la famille, ta mère reste ta mère pour le meilleur comme le pire.

Nothing happens by chance ..

#beyondofhope@gmail.com , rien n’arrive au hasard

Peace&Love

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s